• +39.080.3101016
  • info@molitecnicasud.it
  • Lun - Ven 08.00 - 13.00 - 15.00 - 18.00
CCNL MECANIQUE: NÉGOCIATIONS ENTRE CONFIMI MECANIQUE ET SYNDICATS

Rome, 12 juillet 2019.

Confimi Mecanique dialogue avec les syndicats FIM-CISL et UILM-UIL pour les négociations du nouveau contrat de catégorie. La volonté de tous est de poursuivre avec le contract expiré le 31 mai dernier.

Les syndicats ont fait demandes concernant les aspects economique et réglementaires. La négociation s’est concentrée sur l’augmentation des salaire minimum légal par rapport au facteur des coûts de la vie, pour favoriser le pouvoir d’achat des travailleurs. Un montant annuel à payer en qualité de bien-être contractuel. Une contribution accrue de l’entreprise à la prévoyance complémentaire et un signe “plus” sur les indemnités de garde et de déplacement.

Les négociations portent également sur la relance de l’industrie de branche en favorisant la participation active des travailleurs et des représentants syndicaux aux thèmes de l’organisation du travail et des compétences. L’introduction de 8 heures de formation professionnelle par an, des formes novatrices d’encadrement professionnel, une plus grande attention à la conciliation entre vie professionnelle et temps de travail. Jusqu’à la révision des conditions d’adhésion au fonds de santé PMISalute également pour permettre de maintenir l’inscription en cas de cessation d’emploi.

Une consultation qui sera participée comme il s’est rappellé du président de Confimi Mecanique Riccardo Chini.

“Les entreprises et les syndicats sont appelés aujourd’hui à reconstruire les bases d’une nouvelle compétitivité des industries du secteur, mise à l’épreuve par la globalisation des marchés” a souligné Chini. Il a ajouté: “En attendant que le gouvernement étudie les mesures susceptibles de réduire la fiscalité sur le travail, nous, les corps intermédiaires, avons la tâche de favoriser le renouvellement des compétences des générations et de faire repartir l’emploi. Le tout avec un œil attentif à l’emploi des plus jeunes, dont le chômage continue à susciter une très grande inquiétude. Au contraire, la fourchette des plus de 50 ans est la seule qui, d’après les dernières données d’istat, voit augmenter les employés”.